Deux femmes sur les traces de leur ancêtre au lycée La Malgrange

Ami de Gallé et Prouvé, Charles de Meixmoron de Dombasle n’aura pas marqué l’histoire comme ces derniers. Pour le réhabiliter, deux de ses descendantes ont écrit une biographie, présentée au lycée La Malgrange où Charles de Meixmoron a étudié.

De gauche à droite Didier Mion, président de l’Amicale des anciens élèves de la Malgrange et Saint-Sigisbert ; Xavier Schmidt, directeur de la Malgrange ; Anthony Bolmont, son adjoint ; Christine de Menthon et sa cousine, Blandine de Saint-Seine. De gauche à droite Didier Mion, président de l’Amicale des anciens élèves de la Malgrange et Saint-Sigisbert ; Xavier Schmidt, directeur de la Malgrange ; Anthony Bolmont, son adjoint ; Christine de Menthon et sa cousine, Blandine de Saint-Seine.

Christine de Menthon et Blandine de Saint-Seine étaient, il y a peu, dans les locaux de la Malgrange pour découvrir les lieux où leur ancêtre, Charles de Meixmoron de Dombasle, avait fait ses études de 1850 à 1857. À l’époque, la Malgrange était un collège privé catholique, très prisé par la bonne société de Nancy, où Charles va faire de brillantes études.

L’élève est studieux, appliqué, réfléchi, apprécié de ses professeurs. Premier en français et en dessin, son père va l’encourager dans cette voie. Charles commence à s’essayer au dessin et à la peinture, dans l’atelier du peintre Charles Raush.

Proche de Gallé, Prouvé et Friant

À la suite du décès de son père, Charles reçoit en héritage l’usine familiale d’instruments aratoires (qui servent pour le travail du sol), dont il reprend la direction, ce qui ne l’empêche pas de participer aux expositions organisées par la Société Lorraine des Amis des Arts, en tant qu’artiste et membre du jury. Plus tard il en deviendra le président et y introduira les impressionnistes parisiens. Dans son cercle d’amis, on retrouve Émile Gallé, Victor Prouvé ou encore Émile Friant.

Il a aussi été un grand collectionneur de toiles impressionnistes. Après sa rencontre avec Monet, il va adopter, dans son style, des couleurs simples et compose avec la lumière. Il reproduira les rues et places de Nancy et va s’attacher à la vie rurale, en représentant des villages, des bois, des champs.

C’est pour faire revivre ce peintre que Christine de Menthon a écrit une biographie sur son ancêtre en faisant revivre sa famille et ses œuvres.

Christine de Menthon et sa cousine Blandine de Saint-Seine sont venues à la Malgrange pour présenter livre et œuvres aux membres de l’Association des Anciens de La Malgrange, qui soutient la souscription pour la publication du livre de Christine de Menthon, intitulé « Charles de Meixmoron de Dombasle, 1839-1912 ».

Une réponse sur “Deux femmes sur les traces de leur ancêtre au lycée La Malgrange”

Les commentaires sont fermés.