Les lycéens de La Malgrange courent pour Amis D’gens

  
Enseignants et lycéens et parents, unis pour une même course et une même cause.

Vendredi 21 octobre, les 1 700 élèves de l’école primaire, du collège-lycée de La Malgrange, étaient au départ de leur cross annuel. Une opération à la fois sportive et caritative.

Cette année, le produit de cette course sera versé à l’association Amis D’Gens, une association humanitaire constituée d’étudiants en médecine de Nancy et partenaire de la ville de Lokossa, au Bénin.

L’association récolte du matériel médical, tel que des pansements et des outils chirurgicaux à destination du centre hospitalier local.

Elle met également en place des actions éducatives avec des classes de Nancy, en organisant une correspondance via des dessins. Elle sensibilise également ses élèves à la découverte d’une nouvelle culture et récolte du matériel scolaire destiné aux orphelins. Chaque année, une partie de l’argent collecté est directement reversée à l’orphelinat, couvrant les besoins scolaires, alimentaires et de santé des 37 enfants que compte l’établissement.

Chaque fin d’année scolaire, des étudiants nancéiens bénévoles et motivés partent à Lokossa, pour vivre une expérience personnelle très riche et professionnelle, qui s’inscrit dans leur cursus médical. Amis d’Gens a déjà plus de 20 ans et se porte au mieux.

Vente de gâteaux, organisation de soirées, emballage de cadeaux à Noël, organisation d’un loto au cours de l’année, autant d’actions qui permettent à cette belle association d’aider au mieux leurs amis béninois

L’association des anciens élèves fait sa rentrée

 

Les alumni ont ouvert leurs débats sur les projets de 2023.

Le comité de l’associaton des anciens élèves s’est réuni avec un ordre du jour chargé. Le président a rappelé les actions mises en place avant les vacances estivales. Et elles ont été nombreuses à l’occasion du 150e anniversaire de l’association, entre autres, l’aide à l’accueil de familles ukrainiennes ou la participation financière sur des projets tels que la rénovation de la grille du parc de la Malgrange. « Nous avons également distribué les bourses Jodin et Hertzog et aidé à aménager le foyer des prépas à Saint-Sigisbert ».

Cette nouvelle année scolaire s’annonce riche en événements et notamment avec l’exposition, en novembre, sur l’histoire de l’association et sur la vie d’Etienne Drioton, ancien élève et égyptologue. « Nous aiderons également pour le voyage commun à Taizé pour les Pastorales et pour les travaux de la chapelle à Saint-Sigisbert ». On l’aura compris les alumni ont du pain sur la planche d’autant que l’association se projette déjà sur 2023.

27 102 € pour les grilles Jean LAMOUR

Didier Mion a remis un chèque au gestionnaire de l’établissement Thomas Colnel.

Gros projet cette année pour le collège et lycée de La Malgrange qui a entrepris la rénovation de la grille d’entrée du parc, une grille « Jean Lamour » actuellement dans les ateliers de l’entreprise Métallerie Lorraine. Un gros investissement financier compte tenu de la valeur historique des grilles, identiques à celle de la place Stanislas. Plusieurs demandes de subventions ont été faites. Déjà les premières aides sont arrivées, notamment celle de la ville de Jarville. L’amicale des anciens élèves a également participé via un appel aux dons. « L’amicale, qui fête cette année ses 150 ans, dont plusieurs générations sont passées sous les grilles de l’entrée, a eu à cœur d’aider l’école » précise Didier Mion, son président. « L’appel lancé par l’association a été entendu, nous avons reçu une quarantaine de dons pour un montant total de 27 102 € y compris le don important d’un ancien qui souhaite rester anonyme. » Le président a remis cette somme au gestionnaire de l’établissement Thomas Colnel. Il est encore possible de donner…

Plus de 1 300 € pour la rénovation de l’encyclopédie Diderot de Saint-Sigisbert

Toute jeune retraitée, Anne-Marie Lasserre voulait voir la restauration de l’Encyclopédie se faire avant son départ en retraite. Ce souhait a été satisfait.

Il y a quelques mois, l’amicale des anciens élèves La Malgrange/Saint-Sigisbert avait lancé un appel aux dons pour aider l’Ensemble scolaire Notre-Dame Saint-Sigisbert à terminer la rénovation de 4 volumes de l’encyclopédie Diderot.

Le président de l’association, Didier Mion, vient de remettre un chèque de 1 360 € à Corinne Drochon, responsable administratif et financier en présence de Nicolas Meyer, chef d’établissement.

« Cette somme représente le solde de l’appel aux dons auprès des adhérents, ainsi que la cagnotte en ligne et un complément de l’association, précise Didier Mion. Un grand merci à tous les donateurs, rien ne serait possible sans eux. »

Cette restauration est un grand motif de satisfaction pour Anne-Marie Lasserre, responsable du CDI, puisque la finalisation de cette rénovation était, pour elle, une priorité avant son départ en retraite. « Mission accomplie, donc, car Anne-Marie vient de faire valoir ses droits à la retraite, que nous lui souhaitons longue et paisible ! »

De Saint Sigisbert à Compostelle : Jacques Cuny porté par l’oubli

Jacques Cuny vers la vie d’après

Jacques Cuny a fait sienne cette citation de l’Académicien et marcheur, Jean-Christophe Rufin. 

Bac littéraire en poche, décroché au lycée Saint-Sigisbert, Jacques Cuny poursuit ses études à la faculté d’Histoire de Nancy. Il s’y arrêtera un an avant de bifurquer vers la restauration. Il passe un BTS à l’école hôtelière de Strasbourg. S’ensuit un premier poste dans un quatre-étoiles en Suisse. Il y fera ses armes pendant un an. Chef de rang, il enchaîne sur un étoilé Michelin belge.

Il s’y consolide pendant un an et demi avant de traverser l’Atlantique pour travailler aux États-Unis. Cette expérience américaine durera quatre ans. Jacques revient à Nancy en 2004 et pose ses valises. En mai 2005, on le croise à l’hôtel de la Reine, place Stanislas. Son premier emploi en France.

Il s’y installera un an et demi avant d’effectuer un crochet de quatre mois par la Maison dans le Parc, la table voisine de l’hôtel de la Reine. Le gaillard a la bougeotte.

Il a à l’esprit d’ouvrir son propre restaurant. Ce sera le « Cul-de-poule », en vieille ville, qu’il rebaptisera en 2008 « L’Arsenal ».

Fils de restaurateurs, Jacques Cuny a mis les voiles après des années à diriger son propre établissement à Nancy. L’Arsenal revendu, il a chaussé des godillots et entrepris de rallier Saint-Jacques-de-Compostelle. Une traversée solitaire de 2 000 kilomètres pour se désencombrer

Jacques Cuny a grandi dans les restaurants et au rythme des services. Des années exténuantes dont il se libère en marchant sur les chemins de Compostelle.

Ce ne sera pas un aller sans retour. Mais, pour l’instant, Jacques Cuny a mis les bouts. Il est allé se faire voir ailleurs. Loin, en dehors de sa ville de Nancy qui l’a vu naître, grandir dans les jambes de ses parents et des clients du « Petit Cuny ». Une institution familiale de la Cité des Ducs. On allait chez « Cuny », comme on se rendait chez des amis sincères. Généreux, affable, opiniâtre, Jacques est le digne héritier de cette dynastie d’aubergistes. Mais le métier éreinte, essore, vous mange. À 48 ans, Jacques Cuny a donc décidé de prendre ses distances avec les horaires à rallonge et les tracas du patron. En janvier dernier, il a revendu « L’Arsenal », une affaire personnelle dont il avait bâti la réputation pied à pied, jour après jour, avec son indéfectible sens des accords et de l’accueil.

Puis, avril est venu et Jacques est parti. Il a pris la route le 4, seul, appuyé sur son bâton de pèlerin, un sac de douze kilos suspendu à ses épaules. Départ de la vieille ville de Nancy, son terrain de jeu depuis l’enfance. Bénédiction à la basilique Saint-Epvre, son sémaphore depuis toujours. Le marcheur aime les symboles, mais aussi la sérénité et le silence des chapelles. « Je ne suis pas un mystique, mais cela me fait du bien », dit-il sobrement. De Nancy, il a rejoint Toul. 28 kilomètres dans les pattes. Un court avant-propos à son aventure. Car Jacques a prévu d’engloutir 2 100 kilomètres en à peine plus de trois mois, au rythme d’une vingtaine de bornes par jour, sans grand confort.

Pour son premier périple, le voyageur a, en effet, choisi de rallier directement Saint-Jacques-de-Compostelle. « Je ne sais pas faire dans la demi-mesure », s’amuse-t-il en ce mois de mai, déjà à six cents kilomètres au sud de la Lorraine. Il s’est accordé une pause d’une journée. Jacques baguenaude d’un pas léger. Ses semelles foulent le passé. Son esprit gambade, survole les prairies. Jacques a fait sienne cette citation de l’Académicien vagabond, Jean-Christophe Rufin : « En partant pour Saint-Jacques, je ne cherchais rien et je l’ai trouvé. »

La brise souffle la poussière. L’exploit sportif n’est pas l’essentiel. Jacques ne court pas après la performance, mais après un besoin de prendre le large, de s’éprouver mentalement et physiquement. De retrouver des sensations perdues. De s’assainir. De se dénouer dans l’effort. De redécouvrir l’ennui, l’imprévisible, l’aléa et l’extraordinaire. Jacques est un contemplatif. La marche est son véhicule. L’histoire une passion.

« Mais je ne suis pas complètement parti de la restauration, j’aime mon métier, j’aime les gens, c’est dans l’ADN familial, raconte-t-il. L’idée, c’est aussi de faire une pause pour prendre le temps de réfléchir à l’avenir. Je fais en sorte de rester dans l’instant présent, bien sûr, mais je pense à la suite, à un nouveau concept. Quand je reviendrai, ce sera le moment de se projeter à nouveau. » D’ici là, il y aura quelques rencontres, peut-être des amitiés, peut-être un point de non-retour… « Je ne crois pas. Je suis entier. J’atteins mon objectif et après je sais que je passerai à autre chose », affirme Jacques Cuny, porté par le vent de l’oubli, mais non par l’amnésie. Ultreïa !