Un cross pour la cause du Village SOS

Par L’Est Républicain 
Des actions en faveur du Village SOS.

Chaque année, le groupe scolaire, école, collège et lycée de La Malgrange, met en place des actions pour venir en aide à une association.

Après la communauté religieuse Famille Kizito, c’est le Village SOS de Jarville qui a été choisi par l’établissement. « Ce partenariat se concrétise par des actions menées au sein des établissements, tout au long de l’année scolaire. C’est le cross qui lance l’appel aux dons. Je remercie d’ailleurs les parents pour leur généreuse mobilisation et les équipes pour l’organisation », explique Xavier Schmitt, directeur de l’établissement.

D’autres manifestations suivront comme la journée des communautés, l’opération « Bol de Riz », la vente de crêpes au moment du carnaval, le concert des professeurs ou encore la représentation de théâtre.

Ce sont près de 1 800 élèves qui ont participé à ce cross, quand on connaît la générosité des parents et l’investissement de toute la communauté, on sait par avance que la contribution sera à la hauteur. Marie-Christine Pollet, directrice du Village SOS, ne peut que s’en féliciter, elle a d’ailleurs chaudement remercié les participants « au nom des 51 enfants que nous accueillons ».

La Légion d’honneur à Didier SARTELET (M1974)

Didier SARTELET décoré des insignes de Chevalier de la légion d’honneur

Par L’Est Républicain
Déjà Chevalier de l’Ordre National du Mérite, Didier Sartelet a reçu les insignes de la Légion d’Honneur.
C’est devant une assemblée fournie, famille, amis et élus, que s’est déroulée la cérémonie de remise des insignes de Chevalier de la Légion d’Honneur, dans la salle Herzog du collège-lycée de La Malgrange. Ue choix assumé de Didier Sartelet de revenir sur les lieux de ses études secondaires. Un autre choix assumé celui du remettant, Lionel Razurel, son parrain, un Heillecourtois, ancien directeur départemental de la sécurité publique.

Maire d’Heillecourt depuis 2008, succédant à Roger Gauthrot, mais aussi médecin généraliste installé depuis 1986 sur la commune où il est né, Didier Sartelet s’est d’abord distingué localement par son engagement contre la délinquance, selon Lionel Razurel « Un combat avec des idées innovantes, un esprit d’indépendance mais aussi avec passion et abnégation. »

Son poste de vice-président délégué à l’Écologie urbaine et à l’environnement au Grand Nancy, lui a aussi permis de créer une dynamique autour de la biodiversité. Didier Sartelet a surtout été exemplaire dans sa gestion de crise sanitaire, en tant que maire et médecin « Il a mené l’offensive avec un esprit combatif, exemplaire pour chacun ». On retiendra l’ouverture d’un centre de dépistage puis de vaccination et ce n’est pas sans émotion qu’il a remercié « tous ceux qui ont contribué d’une façon ou d’une autre à mon parcours personnel ».

Des lycéens sortent trois résistants de l’oubli

Pendant deux ans, cinq classes de première du lycée La Malgrange, à Jarville, ont reconstitué l’histoire de trois résistants : Pierre Feuerstoss, Gilbert Lamoise et Léon Stuzmann, exécutés par les Allemands en septembre 1944.

L’exécution oubliée de trois résistants a été redécouverte grâce à un journal personnel. 

C’est un travail qui a abouti à l’édification d’une stèle commémorative, inaugurée ce vendredi dans le parc du Lycée. Les initiateurs du projet, Vincent Caillavet et Alexis Zivre, professeurs d’histoire au lycée La Malgrange, ont réalisé avec leurs élèves un travail colossal, une véritable enquête historique, menant à la redécouverte de l’exécution par les Allemands, le 3 septembre 1944, quelques jours à peine avant la Libération de Nancy, de trois résistants, dans le parc de la Malgrange.

Cet événement, qui était tombé dans l’oubli, a pu être retrouvé grâce au journal personnel de René Didier, qui a écrit le déroulement de leur arrestation. Les lycéens auteurs du projet ont lu des textes, la fille de Léon Stuzmann a déclaré : « C’est mon histoire et mon passé. » Le petit-fils de Pierre Feuerstoss a prononcé : « Grand-père, je suis ému de pouvoir t’appeler ainsi pour la première fois ».

La stèle gravée aux trois noms des résistants est implantée derrière la grotte dans le parc de La Malgrange. Les anciens combattants de l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONACVG) ont organisé la cérémonie avec de jeunes porte-drapeaux, en présence du préfet, des officiers des corps d’armée, des élus et des représentants des collectivités locales. Un dépôt de gerbes a clôturé la cérémonie.

Vertige d’intrigues de « Fleurs jumelles »

Après le huis clos horizontal de la galerie du Louvre des « Ames peintes », le Nancéien Philippe Nicolas ancien élève de Saint Sigisbert immerge son dernier roman dans les sons et les couleurs du kaléidoscope de New York. Il y explore l’impact des nouvelles technologies sur notre perception du monde

Philippe Nicolas partage sa vie aujourd’hui entre Lorraine, Touraine et Paris.

Les mystères de l’art et de ses émotions avaient tissé la trame invisible de son précédent ouvrage « Les âmes peintes ». Tout en restant fidèle à cette écriture nourrie par les images qui scelle son style, le Nancéien Philippe Nicolas s’aventure cette fois sur la thématique en corollaire, en jouant sur les illusions d’optique et la frontière entre réalité et fiction.

À 53 ans, celui qui affiche un parcours défini par un indéniable éclectisme et une manifeste curiosité d’apprendre – il fut, entre autres, coprésident du journal « Libération », directeur du centre national de la chanson, conseiller de plusieurs ministres et fondateur de start-ups – plonge son imagination dans le magma d’un univers de sons et de lumières, qui font de New York une cité magnétique. Les 450 pages des « Fleurs jumelles » (Editions Cohen et Cohen) immergent ainsi le lecteur dans un univers flamboyant, où se reflètent dans les vitres des buildings les traces du vécu américain de l’auteur, autrefois passé par ENA (Ecole Nationale d’Administration) et Essec (école de commerce) en ses jeunes années avant de sillonner le monde.

Au fil de cette énigme, le verbe se fait chair, les pistes se multiplient et se dérobent autour de Paul Askins. L’inspecteur tente d’élucider les mystères de chutes mortelles simultanées du haut de buildings, de deux grands patrons. Au rythme d’une bande-son éclectique qui emprunte à U2, Gainsbourg ou aux mélodies du jazz, Philippe Nicolas bouscule les perspectives, rapproche fiction et réel. Cependant que New York fait écho au gigantisme américain, pour un lecteur plongé dans les univers mêlés de la grande finance, des startups et de l’innovation, avant un dénouement aussi inattendu que poétique. Oublié le huis clos horizontal du Louvre et de sa grande galerie décrit dans les « Ames peintes », le récit nous emmène cette fois en plein air, où les buildings ont des chutes sublimes et énigmatiques. « Écrit-on pour savoir qui l’on est ? Je ne suis pas loin de penser qu’on le fait pour ne pas savoir, au contraire » s’interroge l’auteur, dont le CV retient qu’il reçut en d’autres temps les insignes de l’Ordre des arts et des Lettres et de la Légion d’honneur. Sans qu’on lise, pour autant, une fierté ostentatoire chez le récipiendaire.

Actif et exposé le jour, seul et concentré sur soi, le soir, à la lueur de sa lampe d’architecte : en Lorraine, où réside toujours son père à Pont-Saint-Vincent, Paris où il travaille désormais au Ministère des Finances, ou en Touraine où il a fait le choix de poser ses valises, Philippe Nicolas a donné corps dans son roman à une vertigineuse intrigue graphique aux allures de kaléidoscope. L’auteur sera présent au Livre sur la Place à Nancy. « Les échanges avec les lecteurs et le public nourrissent toujours mon plaisir. Surtout quand j’entends des interprétations et des propos qui attestent que le récit a pu être perçu de manière différente de ma perception. Cette diversité est une vraie richesse ».

Nicolas Meyer nommé nouveau directeur à Notre-Dame-Saint-Sigisbert

  
Retour aux sources pour Nicolas Meyer, ancien élève de Saint-Sigisbert et aujourd’hui nouveau Directeur.

Inutile de lui présenter la cartographie des établissements nancéiens, Nicolas Meyer est incollable sur le sujet : le Sacré Cœur, Saint- Do, Saint-Léon, La Malgrange, tous ont nourri son parcours au cœur de l’enseignement privé. Et pour compléter la liste, Notre-Dame-Saint-Sigisbert s’affiche désormais au tableau.

Mais pour tout avouer, cette rentrée n’est pas si anodine. Nommé aujourd’hui à la tête de l’établissement, cet agrégé en lettres, père de trois grands enfants, a parcouru les couloirs à l’heure des années lycées. Forcément, il connaît. Il reconnaît. Alors, pour ce retour aux sources, il souhaite le faire dans la continuité de ce qui a été fait jusqu’à maintenant. « Je privilégie la douceur à l’idée de tout bouleverser, avec des projets à développer autour d’un questionnement global : comment faire pour que les élèves soient associés à la vie de l’établissement ? Comment les accompagner pour être de futurs adultes responsables ? ».

Ce questionnement s’inscrit dans la continuité d’une philosophie initiée il y a trois ans : « directeur d’un ensemble scolaire à Dijon, il me tenait à cœur d’intégrer cette notion de responsabilité à travers des actions concrètes. Nous avons par exemple créé un conseil de vie lycéenne. Les élèves avaient un budget confié et ils devaient gérer et animer l’association ».

« Apprendre aux jeunes de ne pas avoir peur de l’avenir »

Donner aux élèves des espaces de responsabilité est le fil conducteur de son parcours de chef d’établissement. « Avant même de transmettre des savoirs, notre première mission est d’apprendre aux jeunes à ne pas avoir peur de l’avenir, les aider à se projeter, à oser, à accepter l’erreur ». Cette vision est une porte ouverte pour construire les adultes de demain. « L’école est un lieu d’intelligence et de tolérance, un lieu où l’humain et le collectif sont au cœur de belles réussites et de beaux projets. Notre défi est de cultiver notre capacité à grandir ensemble ».