L’éternelle jeunesse de Jean-Pierre Brochet !

Profitant du règlement de sa cotisation annuelle, un ancien élève de la Malgrange, Jean-Pierre Brochet, de la promotion 1959, vient de nous faire parvenir une photo des professeurs Malgrangiens de l’époque.
Il nous dit aussi tout le bien qu’il pense de La Malgrange, et prépare un résumé de son passage entre 1952 et 1959.
Masseur-kinésithérapeute âgé de 82 ans… il continue à exercer !👏
Comme quoi, la Malgrange ça conserve !!
Les professeurs de La Malgrange en 1959

Ghislaine et Claude Werlé fêtent leurs noces d’or

Ghislaine a « le cœur sur la main et a toujours aimé rendre service », dit d’elle son époux, Claude Werlé.
Plusieurs générations  d’éléves de La Malgrange ont connu Ghislaine à la cantine, ou elle s’occupait du service.
Le mariage de Ghislaine et Claude Werlé a été célébré le 6 mars 1971.

 « Nous sommes sur terre pour faire du bien », renchérit l’intéressée. C’est donc tout naturellement qu’à l’heure de la retraite, cette ancienne salariée de la coopération pharmaceutique française puis du collège de la Malgrange, s’est lancée dans le bénévolat.

Après son service militaire volontaire à Dakar, Claude Werlé a lui fait son entrée chez Kuhn et Fleichel. À la fermeture de l’établissement, il a rejoint les Métalliers Lorrains. « J’ai travaillé là avec le meilleur Ouvrier de France », indique-t-il. Il a terminé sa carrière chez Brayer, à Heillecourt, en 2008.

Bon bricoleur, Claude profite de la retraite pour faire des travaux dans la maison héritée de ses parents. Quand on lui demande la recette pour faire durer son mariage, célébré le 6 mars 1971, le couple sans enfant répond sans hésiter : « Nous sommes complé-mentaires ».

Nouvelles photos de Nicolas Gillig promo M1974


Nicolas Gillig, ancien de La Malgrange Promotion 1974 profite du renouvellement de sa cotisation pour donner quelques nouvelles: 
« J’ai ainsi lu avec plaisir, sur le site de l’amicale, dans la catégorie des activités 2021, quelques nouvelles d’anciens condisciples : Bernard Griffaton et Didier Sartelet, frère (ou cousin ?) de Jean-Marie Sartelet, avec lesquels nous étions en classe à la Malgrange dans les années 1967 – 1972.

J’ai également appris que Bernard Griffaton était membre du Comité ;je crois que nous avons été dans certaines mêmes classes, à partir de la sixième, et, bien sûr, dans la même division […].

Parmi quelques archives conservées dans notre maison de famille, j’ai retrouvé des photos de mon grand-père, Charles Daul, ancien élève de la Malgrange.

On peut le voir…
– avec son bel uniforme de malgrangien :


– aux côtés d’autres élèves de la 1ère division, en 1904, dont plusieurs portent la casquette d’uniforme :


– aux côtés de sa mère :


qui venait parfois de Strasbourg jusqu’à Nancy, pour le rejoindre.

Autres archives amusantes…
– sa convocation aux épreuves écrites du baccalauréat qui ont eu lieu le 5 juillet 1905 à 6h45 du matin ! (autre temps, autres mœurs…)


– les enveloppes de ses lettres de convocation qui lui ont été envoyées à la Malgrange :

J’ai également lu avec intérêt, dans le dernier bulletin de l’Amicale l’article consacré à la discipline à la Malgrange de 1914 à 1947.

Sans doute faudra-t-il lui ajouter un chapitre consacré aux années que j’ai passées au collège… tant il est vrai que j’ai probablement mérité les quelques sanctions qui m’ont alors été infligées !

Bien cordialement. »

Les collégiens de Notre-Dame Saint-Sigisbert en selle avec le VTT Fun Club

Est Républicain du 10 février  3032

« Dans le cadre de la 5e  édition de la semaine olympique et paralympique conduite par le comité d’organisation des Jeux Olympiques Paris 2024, le VTT Fun Club avait été retenu comme structure fédérale de référence afin de mener une action de promotion du vélo et de l’olympisme.

Sous l’œil expert et les conseils de Madeleine Gasparetti, apprendre à maîtriser le passage d’obstacles. Sous l’œil expert et les conseils de Madeleine Gasparetti, apprendre à maîtriser le passage d’obstacles. 

Vingt-quatre élèves de 6e  du collège Notre-Dame Saint-Sigisbert, accompagnés par deux professeurs, William Hans (EPS) et Emmanuel Fischer (Maths), se sont rendus au stade municipal Roger-Bambuck où ils ont été accueillis par le président du VTT Fun Club, Benoît Gasparetti et la nouvelle présidente du comité départemental de cyclisme, Madeleine Gasparetti. Autour d’eux, huit bénévoles du club pour encadrer l’après-midi dont trois sont en formation BPJEPS (Brevet Professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport) : Nikita Le Gagne, Amandine Mehul, Sébastien Henry.

Mais aussi Simon Boulzat qui vient de signer son contrat d’engagement de service civique, et Clelia Miraucourt, titulaire du BPJEPS APT (Activités physiques pour tous). À noter le grand nombre de féminines présentes, tant chez les encadrants que parmi les élèves.

En amont, les collégiens avaient préparé leur sortie à travers des exposés sur le vtt et les JO, et en visionnant une vidéo consacrée à la championne du monde Eliminator et sociétaire du VTT Fun Club, Coline Clauzure. Laquelle était auparavant intervenue auprès des élèves qui lui ont posé de nombreuses questions sur la discipline.

5 km dans les bois

Place ensuite à la pratique avec les spécialistes du club villarois après distribution des vélos, des casques et le réglage des selles.

« Nous avons conçu cette animation autour de trois ateliers » détaille Mado Gasparetti, « une rando en forêt de 5 km, un circuit correspondant au programme ‘’savoir rouler’’ et un atelier trial ».

Chaque enfant s’est approprié l’espace en essayant de maîtriser au mieux les trajectoires, les tremplins, la maniabilité et l’équilibre, tout en respectant le code de la route et les priorités sur le parcours de type urbain.

Un après-midi pleinement mis à profit à la grande satisfaction des jeunes collégiens qui ont pris soin, en fin de séance, de nettoyer leurs vélos au jet d’eau avant de les ranger dans le conteneur. »

Le lycée Saint-Sigisbert fait don d’habits aux plus démunis

  Est Républicain  3 février 2021
Une belle collecte qui apportera confort et chaleur aux personnes dans la rue.

Des lycéens de l’ensemble scolaire Notre-Dame Saint-Sigisbert ont organisé une collecte de vêtements chauds pour les personnes de la rue durant deux jours dans l’établissement en partenariat avec la Société Saint-Vincent de Paul qui organise régulièrement des maraudes pour aider les plus démunis qui vivent dans la rue. Ces vêtements leur seront remis lors de ces visites.

Pour réaliser cette collecte, qui fait suite à une collecte de produits d’hygiène qui a eu lieu en décembre, deux élèves de terminale Margaux Charon et Gautier Venard sont allés à la rencontre des personnes vivant dans la rue afin de leur demander ce dont ils ont le plus besoin pour combattre le froid et les intempéries en hiver. C’est ainsi qu’en accord avec Sabine Tennerath, responsable de la pastorale de l’établissement après avoir composé des affiches réparties dans les différents bâtiments, ils ont durant deux jours fait appel aux élèves de l’établissement pour rassembler gants, écharpes, bonnets, chaussettes, sous-vêtements mais aussi pulls et cabas ou parkas bien chauds qu’ils ont ensuite triés et remis à la Société Saint-Vincent de Paul, dont Hubert Jacques est le porte-parole à Notre-Dame Saint-Sigisbert.

Les vêtements collectés seront remis dans les prochains jours à leurs destinataires.